Tu y crois toi aux signes ? Parfois tu as le sentiment que les planètes sont alignées et que tout s’enchaîne à merveille. D’autres fois, tu as le sentiment de ramer contre le courant, que la moindre action rencontre un « max » d’obstacles.

D’après les lectures que j’ai pu faire sur le sujet, je dirais qu’il y a deux écoles :
La première, plutôt cartésienne, tend à dire qu’il y a sans doute autant de moments « fluides » que de moments avec « grumeaux ». Ce qui est déterminant, c’est ton état d’esprit. Dans un bon mood ou, pour reprendre un terme à la mode, avec une pensée positive, tu remarques davantage les moments qui coulent sans embûche. A l’inverse, un état d’esprit négatif te masque ces moments et met en lumières les grumeaux.
La seconde, plus « ésotérique » peut-être, voit plutôt les moments de « flow » comme la résultante d’un alignement entre le soi et ses actes. Les moments compliqués seraient davantage en lien avec des situations dissonantes.

Ceci étant, et quelle que soit l’option « philosophique » que tu choisiras, je crois que les moments de flow constituent des signes. Car oui, au final, que ce soit parce que ta pensée est positive ou parce que tu fais ce qu’il faut au moment il le faut, la route est ouverte pour que tu puisses y avancer efficacement. Et, pour reprendre un peu l’esprit du Tao, il est plus simple de suivre le cours de la rivière que d’y construire un barrage pour la dévier. Donc j’ai envie de te dire que lorsque tu constates que tes actions se déroulent à la perfection, et bien…continue sur cette voie. Ce n’est peut-être pas encore TA voie mais c’est sûrement l’un des meilleurs chemins que tu puisses suivre pour y parvenir.

Trouver sa voie : Suivre le cours d'une rivière est plus facile que d'y construire un barrage
Trouver sa voie : Suivre le cours d’une rivière est plus facile que d’y construire un barrage

Laisse moi illustrer mon propos au travers de deux anecdotes très récentes.

La première se déroule lors de l’aménagement version Zéro de ma voiture (J’y ai consacré un article que tu pourras retrouver ici, si tu ne l’as pas déjà lu). Comme je l’ai écrit, j’ai pris la décision de fabriquer un lit, des occultants de fenêtre et un rideau le mardi matin. J’étais invité à un anniversaire dans l’Hérault le samedi et je voulais donc partir le jeudi en fin d’après midi pour pouvoir tester mon aménagement. Cela me laissait à peine plus de deux jours pour tout réaliser…en investissant le moins possible. Et cela a été possible. J’ai pu réutiliser un ancien lit, j’avais des palettes pour ajouter des lattes au sommier, les vis nécessaires, une scie, perceuse, visseuse, matelas qui se déhousse, alaise à la bonne taille, housse de couette de la bonne taille. Tout. J’ai pu tout faire en récup. Pour les occultants, je disposais d’une veille housse de couette dont je pouvais récupérer le tissu. Ma fille ayant une machine à coudre, je n’avais qu’à apprendre à m’en servir. Il me fallait également des morceaux de pare soleil pour garnir ces occultants et, par chance (ou un signe), ils en avaient des grands et pas chers chez Feuvert, à deux pas de chez moi. Afin de pouvoir fixer ces occultants, j’ai dû commander des œilletons et des ventouses. Commande effectuée le mardi soir, livraison le jeudi matin, j’étais large pour les poser. Enfin, pour le rideau, je savais que j’avais un grand velours noir dont je me servais comme fond pour mes photos en clair obscur. Je l’ai donc essayé afin de voir si les dimensions étaient correctes, s’il fallait couper ou bien trouver une autre solution. La largeur était exactement la même que celle du véhicule ! Je n’ai eu que deux œilletons à poser de chaque côté pour pouvoir le fixer. Tout s’est enchaîné sans obstacle et je t’assure que j’ai vraiment senti que je faisais ce qu’il fallait et qu’il me fallait garder ce signe en tête pour les moments où les choses seraient plus compliquées. Même pour ma première nuit, j’ai trouvé un parking en bord de rivière sur le lieu exact du départ de ma randonnée du lendemain ! Mais ça, tu le découvriras dans un prochain article.

La seconde anecdote se déroule au cours de la rédaction de l’article concernant l’outil permettant de se connecter à son inconscient (auto-hypnose) . J’avais commencé à en rédiger quelques lignes un soir, avant d’aller me coucher. Le lendemain matin, comme tous les matins, je me lançais dans la préparation d’un jus d’oranges pressées pour mes filles et moi (et oui, tu auras vu dans la vidéo petit déjeuner fruité que j’aime les jus et smoothies). Et ce matin là, par hasard (vraiment ??), je disposais les demies oranges en un rectangle de 4 par 3. Voyant l’esthétique de la scène, je me suis dit : « tiens, il faudrait que je prenne une photo ». Et chose dite, chose faite, j’ai pris une et une seule photo.

Trouver sa voie : oranges pour se connecter à son inconscient ou synchronicité
Trouver sa voie : oranges pour se connecter à son inconscient ou synchronicité

Une fois les enfants à l’école, je me suis remis à l’écriture de l’article jusqu’à en venir au moment où j’y évoque le marchand d’orange…et que je souhaite illustrer cette partie avec une photo d’oranges…Simple coïncidence ou synchronicité ? Hasard dis-tu ? Je ne crois pas mais enchaînons sur le deuxième exemple. La veille de rédiger ce fameux article, j’avais décidé de ranger toute ma bibliothèque et, ce faisant, d’y faire un peu de tri. Ce tri m’a amené à mettre de côté certains livres dont je voulais me débarrasser (d’ailleurs je cherche des moyens de ne pas les jeter alors si tu as des solutions, n’hésite pas à partager). Et parmi ces livres, je te le donne en mile Emile (encore ce jeu de mot pourri, désolé), deux livres consacrés à la réalisation d’un bilan de compétence…Tiens, tiens, bilan de compétence, comme cet exemple que j’utilise dans l’article. Et hop, me voilà à faire une photo de ces deux livres dans une poubelle. Alors, encore coïncidence ? simple hasard ? ou alors travail en sous-marin de l’inconscient qui assemble et relie et m’a fait choisir naturellement cet exemple de bilan de compétence ?

Personnellement, j’y vois des signes. Au delà de les voir, j’ai envie de les suivre ces signes. D’ailleurs, pour la blague, rappelle toi bien que si tu vois un canard blanc sur un lac, c’est un signe ;-).
Et puis tiens, je me rends compte que tout cela me fait fortement pensé à un livre génial que je suis en train de relire pour t’en faire un résumé : Sagesses d’ailleurs (que tu peux acheter ici si tu veux) de Frederika van Ingen (il faut d’ailleurs que j’accélère un peu ma relecture…).

Je suis curieux de savoir ce que tu penses de ces signes et autres synchronicités et de savoir ce que tu en fais. Alors n’hésite pas à laisser un commentaire et à partager.

A bientôt

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.
Ton nom
Ton adresse email