La mode est aux superlatifs et aux pathologies, tu as remarqué ? On vit une sorte de para-psy boom. Tout le monde se retrouve hyper quelque chose. Tout le monde connaît un bipolaire, un borderline ou, le must en ce moment, un pervers narcissique. D’ailleurs si tu es célibataire, je te préviens…tu ne peux plus rencontrer une femme sans que son ex (ou l’avant dernier parfois) soit pervers narcissique. Qu’il n’y ait que 2 à 3% de la population sujette à un tel trouble n’a aucune importance…tout le monde s’y voit déjà.

C’est un peu le même phénomène que ce qu’on pourrait appeler le “mythe du témoin”. Un accident a lieu proche de chez toi. Tu croises tes voisins et c’est la course à celui qui aura le plus de détails. Au final, tu enrages car tu aurais voulu y être. Assis aux premières loges tu aurais été le héros du commérage.

Aujourd’hui, en soirée, le héros (l’héroïne) est celui (celle) qui vient de vivre 10 ans avec un(e) pervers narcissique. Quoi !? Tu viens de passer 15 ans avec un(e) bipolaire…dommage…tu ne remporteras pas le trophée. Sauf à tenter la ligue 2 (ligue second choix) et écumer les compétitions de province. Là tu affronteras les 10 ans avec un manipulateur, 5 ans avec un dépressif, 5 ans avec un surdoué…

Euh au fait, juste pour dire que la majorité des psys (ceux ayant une once de sensibilité) rechigne à catégoriser ou à mettre des étiquettes. Ce n’est pas sans raison…Mais on le sait bien car ce n’est pas nouveau, la psychologie de comptoir fait recette et cela ne semble pas prêt de cesser.

Bref, je m’éloigne du sujet du jour.

Je voulais intituler cet article “kinesthésique, oui et alors ?” mais je suis allé relire les définitions (de kinesthésique car pour les autres mots, ça va)… J’avais en tête le sens qui m’en avait été donné lors d’une formation de “développement personnel”. Un sens qui s’apparente à une forme de sensibilité aux ambiances, aux humeurs…Mais ça ne colle pas avec les définitions officielles. Du coup, autant changer, être plus précis et parler de ce qui est : de l’hypersensibilité (NDLA : c’est pas moi qui le dit qui y est ;-))

Illustration

Boulot – réunion – 10 personnes

Avant même d’entrer Obi-wan soupire. Les traits de son visage en disent long sur sa volonté d’être présent. Quant à la reine Amidala, une fois encore elle arbore son sourire “t’es pas un peu con toi ?”

Je fais signe à mon acolyte, la princesse Leia, d’entamer les négociations. De mon côté, je ne suis qu’une sorte de scribe/facilitateur.

C’est parti. Le sujet est énoncé et il s’agit de trouver l’arrangement qui va bien. Anakin se réveille.

– a-t-on un service qui sache faire ça ?

La reine Amidala de répondre

– oui bien sûr…

– Ah bon ! J’aimerais bien voir ce service et ce qu’il fait. (évidement, je passe sur les yeux au ciel, le corps tourné à l’opposé de l’interlocuteur et les mouvements d’épaules dignes d’un buffle énervé…c’est pourtant essentiel et indissociable du propos et du ton)

– Le voici, répond la reine joignant l’intonation ^^ au sourire “t’es pas un peu con toi?”

– Ouais. Ca m’étonnerait que ça fonctionne.

Maître Yoda intervient

– En regardant mieux, la réponse obtenir tu peux

Et Obi-wan détaille…

– OK, si vous le dites…consent Anakin, se détournant avec dédain.

Je sens Leia bouillir à côté de moi. Ses deux généraux, à sa gauche, ne cessent de se regarder avec effarement. Il faut dire qu’Anakin y est allé un peu fort. L’un d’eux ne montre rien. Je sens qu’il emmagasine. Du petit bois qu’il pourra brûler ou casser, au choix, sur le dos des absents lors d’une future pause café.

En tant que scribe, j’interviens :

– OK Anakin, que puis-je noter qui te satisfasse ?

– Ce que vous voulez, c’est pour vous !

Je me décompose…Cette réunion est faite pour lui, pour répondre à ses besoins de précisions. Comment est-ce possible ? J’ajoute :

– Non Anakin, cette réunion est faite pour toi donc à toi de nous dire ce que tu veux que l’on écrive

Pendant ce temps, Maître Yoda s’éclipse. Son corps reste mais son esprit s’échappe. Il doit s’interroger sur Anakin, la prophétie, l’équilibre etc…en bref, il se fait chier grave.

Je zappe la suite, à savoir 1 heure sur ce mode là. Je ressors épuisé. J’en profite pour préciser que ceci est une “oeuvre” de fiction. Toute ressemblance avec des personnages ayant réellement existés serait certes gratuite mais absolument pas fortuite.

J’aurais plein d’autres exemples à te conter mais pour autant, j’ai l’impression d’être dans l’incapacité de traduire en mots ce qui se trame dans ces moments là. Beaucoup trop de perceptions se télescopent.

Je ne changerai pas ma manière de ressentir car je suis fait comme ça. Par contre, ou devrais-je dire “en revanche”, je vais m’autoriser à dire ! Dire que l’atmosphère est délétère, que les échanges pourraient être plus constructifs et surtout :

Que vous me les briser avec vos sarcasmes, cancans, défiances et autres provocations. Vous me cassez les c…. bande de blaireaux. Vous êtes infoutus de voir que vous braquez tout le monde, que vous pourrissez l’ambiance. Sortez vous les doigts du c.. putain. Bordel !

Oups, pardon, je me suis un peu emporté (waouh, ça fait du bien) et au final, c’est toi qui trinque. Encore pardon pour ça.

Donc pour conclure, le changement c’est oser dire ! Car nous sommes tous sensibles et il est manifeste que sur l’exemple de la réunion, au moins 9 personnes sur les 10 présentes sont ressorties avec un sentiment d’amertume..

A bientôt

 

PS : L’année de loose, again…Hier je mets en place un changement consistant à amener ma gamelle le midi. Aujourd’hui, le réfectoire (incluant l’accès au micro ondes…) est fermé !@#$*

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.