On enfonce le clou. Après la fin des pourquoi et l’écoute de ses émotions voici l’instinct en vedette.

Tapons un peu sur le lobe préfrontal, sur la raison, l’analytique et tout ce qui semble souvent mieux. A minima rassurant.

J’avais posé une devinette dans l’article sur la fin des pourquoi. Je demandais pourquoi j’avais mis une image de tortue en une de cet article. Je te laisse aller lire les commentaires pour y trouver la réponse. Je précise juste ici que c’est bien parce qu’il n’est pas possible aujourd’hui de comprendre tous les comportements…

Il n’est pas possible de comprendre tous les comportements

Tu réagiras dans la seconde pour nous rappeler que nous ne sommes pas des tortues. Nous sommes des humains. Nous avons découvert le feu et depuis, d’innombrables technologies.

Yes !

Et cela rend-il notre instinct inexistant ?

Illustrations.

Il y a quelques années, j’étais de passage chez les parents d’un ami, dans les Landes. Dans une propriété qu’ils occupaient depuis peu de temps.

Avec cet ami, nous décidons d’aller faire un tour de VTT. Pas de carte. Pas de boussole. Pas de mobile. Nous partons. Evidemment, c’est plus simple, je compte sur mon pote, plus local que moi, pour savoir où nous allons. Manque de bol, ses parents sont arrivés récemment et il ne connaît pas la forêt.

Après avoir roulé plus d’une heure, il s’arrête net. Il a l’air inquiet et pour cause : il ne sait plus par où nous devons passer. Au départ je crois à une blague mais non, il ne sait pas où nous sommes. Nous ne sommes pas si loin. Nous n’avons roulé qu’une heure. Pour autant, nous sentons cette sensation étrange. Celle d’être perdu.

Il faut quand même avancer. A chaque carrefour, il faut décider du chemin.

Au premier, mon pote pense que c’est le chemin de gauche. Pour ma part, j’ai le sentiment que c’est le chemin de droite. Ce n’est qu’une intuition et je ne sais pas l’expliquer. On décide de suivre le chemin de droite. Finalement, on suit mon intuition à tous les carrefours suivants. On retrouve la maison, sans avoir perdu de temps ! De la chance ? le hasard ? l’instinct ?…chacun décidera.

Encore quelques années plus tôt, j’étais en vacances à Prague avec deux potes.

Les premiers jours dans cette ville, nouvelle pour nous, je me souviens parfaitement avoir un excellent sens de l’orientation. Sans regarder la carte, je sentais là où nous devions aller. Pour voir le pont Charles, pour assister à une représentation de la Traviata je pouvais sentir les rues à emprunter… Mais au milieu du séjour, j’ai voulu regarder la carte. J’ai voulu réfléchir et essayer de me positionner mentalement sur un plan de ville. C’était fini. Toutes mes propositions d’itinéraires, y compris pour certains qu’on avait déjà empruntés, étaient fausses. Je dirais même qu’elles étaient fausses de manière caricaturale (et ridicule).

Alors finalement, il y a du bon à laisser de la liberté à notre instinct. A écouter nos intuitions. Elles sont plus rapides que notre raison. Elles se basent sur beaucoup plus de matière que notre analyse rationnelle.

Pour ça, je dirais qu’il faut :

  • les écouter.
  • les exprimer.
  • les suivre.

Et peut-être faut-il commencer par s’entraîner un peu sur des sujets secondaires…

Pour ma part, j’ai hâte de prévoir une randonnée ou une visite de ville, sans carte, sans boussole, sans téléphone…

Et toi, fais tu confiance à ton instinct ?

A bientôt

 

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.