Petit décalage pour ce changement #104. J’aurais du l’écrire hier mais finalement…le voici donc. Etre viril !

Là, tu imagines un macho, torse couvert de poils, en train de couper du bois…Je t’arrête tout de suite.

Effectivement, si t’es une femme et que tu débutes une relation avec un bûcheron, ça peut changer ta vie.

Effectivement aussi, si t’es un mec et que tu débutes une relation avec un bûcheron, ça peut aussi changer ta vie.

Mais le propos n’est pas là !

Je reprends le terme utilisé par Marie-Alice GODOT SORINE lundi soir dernier lors d’un atelier Lyon Startup consacré au pacte d’associé.

Lyon Startup ?

Pacte d’associé ?

Pas de souci! Sauf si tu as suivi Have to Be (H2B) et maintenant Qwestly ou que ça t’intéresse, tu es dispensé de connaître ces trucs.

Bref, Marie-Alice est avocate et animait cet atelier pour nous préparer à établir des clauses entre futurs associés au sein d’un document appelé « Pacte » : Qui fait quoi ? que se passe-t-il si l’un part avant l’autre ? sous quelles conditions peut-on céder nos parts ?…

A plusieurs reprise, Marie- Alice nous a invité à être virils (hommes et femmes) et à prévoir les cas difficiles et des clauses acérées. Des clauses tranchées net. Aucun compromis, pas de diplomatie inutile.

Exemple : si l’un des associés se casse avant un an, même si l’entreprise est valorisée, il revend ses parts au prix de départ. En gros, il ne peut prétendre à aucun gain.

But : préserver les intérêts de l’entreprise et des porteurs.

Au final, cette notion de virilité est super pertinente dans le cadre des relations de travail. Pas de besoin de pacte, d’écrit ou autre.

Cette virilité, c’est dire les choses sans ambages dans le but de préserver un truc plus important (valeurs, projet, vision…).

Etre viril c’est dire les choses sans ambages dans un but supérieur à l’intérêt personnel

Or, je me rends compte que malgré le changement intitulé « Déplaire », je suis encore drogué.

Oui, car comme beaucoup de managers, j’ai été drogué. Pendant des années, j’ai reçu chaque jour une injection. Une petite dose pour accoutumer l’esprit. Chaque jour avait son lot de :

– phrases toutes faites

– techniques du sandwich (c’est cool ce A que t’as fait. Par contre, tu devrais revoir B. Pour conclure j’aime bien finalement ce C que tu as fait à merveille)

– « j’entends bien » et autres « je comprends »

-…

Et lundi soir, lorsque Marie-Alice a marteler « être viril », c’était comme un sevrage.

Je me rends compte que je dois désapprendre. J’ai encore à me purger pour pouvoir être « viril ».

Comme un morceau de bois tordu, il ma falloir me chauffer pour me détordre. Je vais devoir me confronter à des situations viriles et évacuer les résidus de cette fichue drogue.

Et par exemple, la prochaine fois que quelqu’un me déballe un 100% critique le jour du prélancement de Qwestly, je l’enverrai gentiment chier paître. D’autant que le prélancement de Qwestly intervenait le même jour que le speech de Marie-Alice. Drôle non ?

 

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.