Pas question de parler vacances aujourd’hui, même si c’est la période. Nous allons parler de l’art de « prendre congé ».

J’ai initié un changement intitulé « déplaire« . Il m’arrive de le mettre en oeuvre. Dans ces cas là, j’accepte les conséquences. Mais ce changement ne signifie pas que je veuille me comporter en parfait « goujat » ou devenir le roi de la maladresse et de l’impolitesse.

Prenons l’exemple des ateliers Lyon Startup comme celui d’hier soir. Ce pourrait être n’importe quel cocktail ou soirée à laquelle tu croises plusieurs personnes avec qui tu souhaites t’entretenir.

Donc revenons à cet atelier d’hier. J’arrive à 18h et je commence à échanger avec une ou deux connaissances. Une personne inconnue me fait signe et m’indique son souhait qu’on échange, en fin d’atelier. Etrange le fait de se faire héler. On sent que l’autre nous connaît mais que la réciproque n’est pas vraie. Sans doute un effet d’avoir mis en ligne la vidéo de préparation du pitch. Je dois avoir la même trogne que le moi de la vidéo…

Bref, arrive la fin de l’atelier. Je croise I., une porteuse de projet avec qui j’avais longuement papoté un mois auparavant. La participation de I. à Lyon Startup est assez exceptionnelle. Elle adore être active et travailler. Or I. s’est retrouvée au chômage d’une manière assez brutale. Elle se met en tête d’entreprendre mais aucun acte ne suit. Quelques mois passent et son inactivité en vient à la secouer. Elle dit stop et organise des « apéros projet » (je ne suis plus certain du terme). Elle en programme plusieurs de manière à ce que chacun de ses amis puisse trouver une date pour venir. Le concept est simple :

  1. prendre l’apéro 
  2. Pour I., présenter ses projets de business

Malgré la peur elle le fait. Le résultat est super positif. Ses potes se prennent au jeu et lui font beaucoup de retours.

Il en ressort qu’elle monte le dossier Lyon Startup et est sélectionnée. I. n’a pas passé le round 1 de pitch mais continue à suivre le programme. 

Je trouve l’histoire extraordinaire et nous parlions à la fin de l’atelier. 

Mais du coin de l’œil, je suivais mon « rendez-vous ». La discussion continuait mais je me sentais ailleurs. Plus exactement je me sentais avec l’envie d’être ailleurs.

Et là, dilemme : mettre fin à la conversation avec I. pour échanger avec mon « rendez-vous » ou poursuivre et perdre l’opportunité du rendez-vous ?

Finalement j’ai choisi l’option 1 mais…sans l’assumer totalement. 

« Heu, excuse heu…Oui le prochain atelier…en fin de semaine…heu, il va falloir que…pour notre pitch ? oui, ça s’est bien passé… »

Alors qu’il serait pourtant simple de prononcer une phrase claire, explicite :

« Je te prie de m’excuser. Nous pourrons échanger davantage à l’occasion mais là je dois parler quelques minutes avec la personne qui se trouve là-bas ».

Conclusion, dans cette situation, je dois m’appuyer sur le combo suivant :

Alors piqûre de rappel et cas concret pour ce changement (utile à peu près tous les jours;-)): savoir prendre congé.

A bientôt

 

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.