Boire un verre, prendre un pot, trinquer…c’est incroyable le nombre d’occasions que l’on a (que l’on se crée) de s’enivrer un peu. Le plus souvent, prendre l’apéro rime avec alcool. Et si on changeait ça ?

Un peu sous la forme cap ou pas cap le changement du jour : faire une cure sans alcool.

J’avais fait ça pendant un mois en 2010 et j’avais trouvé l’expérience à la fois agréable et intéressante. Le plus difficile, c’est la perspective de se lancer dans ce défi. Nous viennent alors tous les événements de notre agenda au cours desquels il y aura bières, vin et autres cocktails. Là, un peu comme pour la cigarette, on se dit que c’est mission impossible.

on se dit que c’est mission impossible

On peut aussi se dire que c’est stupide comme pari. Boire un coup, c’est festif. Renoncer à ça c’est être rabat-joie. C’est se priver d’un plaisir. On peut être dans la qualité, par exemple déguster des bons vins ou des bons cognacs (perso j’aime ni le cognac ni le whisky mais j’aime le vin).

Bref, on peut toujours se justifier.

Alors cap ou pas cap ?

Combien de temps ?

Roulement de tambour…

Premier réflexe après la seconde question : regarder en bas à droite de l’écran. La date. Qu’y a-t-il de prévu dans les semaines prochaines ? Comme quoi…

Allez, trêve de plaisanteries. Ce sera un mois. 1 mois.

1 mois sans alcool. Sans même un verre de vin ! sans même la petite bière de l’entrepreneur.

Ça fera une petite cure revitalisante pour le corps et rassurante pour l’esprit. Exercice pour muscler la volonté et stratégie pour économiser (et oui, n’oublions pas qu’il y a une startup à créer!!!)

A bientôt (pour prendre un verre;-))

 

PS : je fais encore court car j’ai un apéro ce soir. Premier test tout de suite…rien de tel. Vive le perrier !

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.