Il y a des choses dont on a honte et l’exemple, très personnel, que je vais te livrer fait partie de ces choses. En l’occurrence il s’agit d’un rêve éveillé comme il m’est souvent arrivé d’en faire. Ces moments où, allongé sur un canapé, les yeux fermés, tu laisses ton esprit construire une histoire. Parfois même tu l’aides.

Cette histoire prend invariablement sa source dans nos projets en cours, nos rencontres du moment, un article passionnant que nous avons dévoré…En somme, l’histoire s’ancre dans notre réalité. Mais après…ça devient une autre histoire.

Depuis quelques mois je travaille sur un projet de startup dans l’internet des objets, cet univers peuplé de tas d’objets connectés : bracelets, thermostats, montres, bijoux, brosses à dents, balances, assiettes, porte-clé, cigarettes électroniques…Un univers prometteur à ce qu’on peut lire. Une rallonge à l’économie mondiale de 1700 milliards de $ d’ici 5 ans. Des levées de fond faramineuses…

Je travaille donc à ce projet en essayant de clarifier tous les points du business plan : Quel est le problème ? Comment adresse-t-on le problème aujourd’hui ? Qui rencontre ce problème ? Qu’est que je propose pour adresser ce problème ?…

J’en arrive à la partie financière. Je réalise mon prévisionnel de vente, de coûts et de résultats. Et le tableau excel réalisé est encourageant et même séduisant. (Et oui!! Certains peuvent être séduits par un tableau excel). Je suis content. Pour fêter ça, je vais m’étendre 15 minutes sur mon vieux canapé en PVC collant, encore plus collant par cette canicule assommante.

Il est 11h33 et me voilà allongé, les yeux fermés, mon esprit manipulant ce fameux tableau excel. Le coquin se dit que j’ai été trop prudent et, qu’avec deux ou trois changements d’hypothèses, il pourrait rajouter un zéro au résultat de 3ème année. Soyons honnête, avec ce zéro de plus, le tableau devient une bombe. Mon esprit s’engouffre dans la brèche : dans 3 ans, une société étrangère va racheter notre startup. Mon esprit, qui aime le détail, estime que le rachat me rapportera environ 10 millions d’euros. Très rapidement et sans que je me souvienne de la raison, il réestime : je toucherai 25 millions d’euros. Je suis conscient que mon esprit a pris le large et que lui et moi somment partis dans un rêve éveillé. Pourtant, je le laisse faire. Et l’histoire continue. Mon esprit me fait voir un superbe appartement de 400 m² au cœur de Lyon, parqueté et avec une superbe terrasse. Il me le fait acheter. Pas de démarches, l’opération se fait très vite. Montant de celle-ci : 1.5 million d’euros. Et cet appartement est magique. C’est un lieu de fête, de salons culturels. Un lieu où mon esprit me fait déguster d’excellents vins. Et puis il y a ce que mon esprit me fait donner. Grâce à ma nouvelle fortune, j’aide ma famille. J’achète des biens pour mes enfants. Puis mon esprit, hostile à l’oisiveté, me fait créer un fond d’investissement. Il me fait rencontrer des entrepreneurs talentueux et me positionne en investisseur/mentor. Je les aide et bien sûr ils cartonnent. Je suis brillant. Toutes les portes s’ouvrent. Mon esprit calcule ma rente, mes salaires, l’argent placé, l’argent investi. Il concocte des menus que je partage dans des restaurants chics ou simples, des menus faits exclusivement de cuisine maison…

Ami lecteur, je fais une pause. Je m’essouffle. Ou bien la honte m’assomme. De toutes manières, tu vois où cette histoire nous mène, n’est ce pas ?

Il est maintenant 13h17 et j’ouvre les yeux. Près de deux heures perdues à délirer à la place de mes quinze minutes de repos. Cerise sur le canapé, je me sens mal. Un malaise fait de frustration, de honte et de je ne sais quoi. Je vais manger puis je reprends mon tableau excel. Chose étrange, je le trouve insipide et le projet mal ficelé.

Rêves

Rêves

Cet exemple est vrai et j’en suis désolé. Il m’est même arrivé parfois, après un premier « réveil », de redonner les rênes à mon esprit pour une heure ou deux. Et les sujets ont été aussi divers que le boulot, la guitare, la danse, la photographie.

Alors face à ce piège j’utilise depuis quelques mois la méditation pleine conscience. Mon propos n’est pas d’en exposer ici les principes mais si vous voulez vous y essayer, commencer par vous concentrer sur votre respiration. En ce qui me concerne les résultats sont très bons. Bien sûr parfois l’esprit est tenté de débuter une nouvelle histoire mais la méditation permet de le rappeler à l’ordre.

Ce que je trouve fascinant, c’est d’observer de quoi se compose le rêve. Si tu as bien lu, tu as noté un peu de délire mégalomaniaque et/ou narcissique. Certes, mais la vérité est ailleurs. Ces rêves, comme mes autres pensées parasites, m’informent sur mes besoins et mes tracas. Dans l’exemple que je vous ai livré je retrouve :

  • besoin et souci financiers
  • besoin de reconnaissance
  • besoin de donner

Cela me permet de m’interroger sur les actions que j’entreprends pour adresser ces besoins et soucis et de corriger le tir si besoin.

La méditation m’apaise, m’économise du temps, de la frustration et de la déception. Elle me permet de fuir le chant des sirènes et de me concentrer sur ma voix intérieure et par conséquent elle augmente considérablement mes chances de trouver ma voie ou de la suivre. Cerise, sur le gâteau cette fois,  je peux même la pratiquer sur mon lit ou sur mon vieux canapé en PVC collant !!!

La méditation m’apaise, m’économise du temps, de la frustration et de la déception.

Alors voilà, j’ai livré cet exemple. Avec un peu de honte. Si tu veux faire une bonne action, laisse en commentaire une rêverie que tu as déjà faite. Cela nous rassurera. A minima cela me rassurera.

 

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.