Ce changement a sans doute un peu à voir avec le sentiment de légitimité et l’estime de soi. Mais je garde ces sujets pour plus tard. J’ai envie d’ajouter le « storytelling » comme corde supplémentaire à mon arc et cela commence par oser prendre le temps de raconter. Que ce soit par écrit ou par oral.

Lors de ma première expérience professionnelle, j’ai eu la « chance » de réaliser une conférence devant 400 personnes au CNIT à la Défense. Ma structure de l’époque était forte d’au moins 5 collaborateurs. Les 3 autres exposants étaient Microsoft, SFR et Palm. Autant te dire que j’avais honte. Je n’ai pas dormi pendant plusieurs semaines. J’avais envie de démissionner. J’ai du prendre des produits (des plantes!) pour me calmer…J’ai fait cette conférence.

Cette expérience est une histoire. Et je viens de te la raconter…de manière plutôt expéditive et sans doute inefficace.

Je souhaite à partir d’aujourd’hui en terminer avec ce penchant expéditif. Au final, il est lié à la peur de ne pas être intéressant. Le problème, c’est qu’en expédiant l’histoire, elle en perd son intérêt. Et voilà une prophétie auto réalisatrice de plus (oui, un bien grand mot pour dire que « dire attention ça va être la crise » conduit à la crise)

Expédier une histoire lui fait perdre son intérêt

Alors ça tombe bien car j’ai pris cette anecdote pour travailler le story telling dans l’un des MOOC que je suis.

Je te soumets donc une autre version de cette histoire :

Printemps 2004. Paris. La Défense.

6h03.

Je me réveille agité après une nuit écourtée. Plus que 3h.

Je quitte la chambre d’hôtel pour le petit déjeuner. La salle est saturée d’odeurs de café, de thé et de viennoiseries. Elles m’écœurent. Je ne peux rien avaler. Je remonte. Je me douche. Je profite de l’eau qui glisse sur mon crâne, qui me masse et m’isole un instant de l’enjeu du jour. Je ne détaillerai pas mes multiples escales aux toilettes. L’aventure est pour l’instant gastrique. Mon ventre est un nid de serpents.

7h47.

Je vais devoir y aller. A peine plus d’une heure.

J’y vais à pieds. L’air frais m’enveloppe et calme mes sueurs. J’arrive au CNIT. Je reprends mes notes. Je monte sur scène pour avoir un aperçu. J’aperçois 500 fauteuils vides dressés devant moi. Dans mon ventre, les serpents s’excitent. Je redescends. Je range mes notes.

8h34.

Une demie heure et c’est à moi.

Les présentations de Palm, SFR et Microsoft sont bonnes. Je ne me sens pas bien. Je prends quelques gouttes de rescue me. Les quelques gouttes d’alcool se dissipent instantanément sur ma langue sans que je ressente une réelle amélioration. C’est sans doute le geste qui rassure. C’est ce que j’espère au moment où j’entends le speaker prononcer mon nom. Pourvu que je ne m’étale pas en rejoignant la scène.

9h01

J’y suis. Je commence à parler. Ma bouche est sèche. Pâteuse comme un lendemain de cuite. Je vois la horde de sièges toujours dressés face à moi. Ils sont pleins à présent. Je vois des sourires. Je vois des bâillements. Je vois trop de détails. Je prononce cette phrase : « nous sommes une structure à taille humaine » et je vois de nouveaux sourires éclairer la salle. Forcement, notre société, 5 personnes, face aux géants évoqués plus haut…IL y a de quoi se marrer. Rester concentré jusqu’au bout !!!

9h28.

J’ai terminé. Ce n’était pas parfait mais j’ai dit ce que j’avais prévu. Je ne suis pas mort. Mon dos, lui, l’est. Le voilà rendu comme ces tapis des monastères roumains, battus en rythme dans la cour. Mon dos a subi les assauts du stress depuis des semaines et maintenant, il dit stop. Prochain objectif, m’allonger.

 

C’est différent. Ça occupe plus d’espace. Ça demande plus de temps lire ou à raconter.

Mais le verdict t’appartiens : qu’en penses tu ? Je te remercie d’avance pour ton commentaire sur ta version préférée. Si en plus tu indiques pourquoi, tu seras merveilleux.

La vie est histoires : celles que l’on raconte aux autres et celles que l’on se raconte à soi-même. Alors autant les rendre passionnantes et motivantes. N’est ce pas ?

A bientôt

 

 

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.