Te souviens-tu du changement #4 terminer un mooc ? Sache que je ne t’ai partagé que la face visible : une décision, simple, et 3 mooc auxquels je me suis inscrit. Je vais te parler ici de la face cachée. Celle qui n’était pas écrite. Les mille voies que je voudrais parfois suivre, à tord.

Tiens, commençons par reprendre le fil d’une de ces journées qui a précédé l’écriture de cet article #4.

Mes sujets du jour sont calés. Des actions liées à mes projets en cours :

  • Travailler au business plan des projets de startup
  • Contacter des personnes dans les domaines concernés
  • Commencer à faire des maquettes
  • Préparer le planning et un document de cadrage pour ma mission de gestion de projet

Je me sens frustré de ne pas pouvoir être plus efficace quant à la production d’une maquette. Et si je remettais la main à la pâte. Si je suivais un mooc pour développer des applications mobiles ? Je regarde ce qu’il existe et je garde un ou deux onglets de mon navigateur ouverts sur des mooc correspondants.

Durant ma recherche, je tombe, « par hasard », sur des cours en ligne de design (et web design). Trop cool ça, car j’aimerais aussi pouvoir produire des visuels attractifs(mais je ne suis pas bon). 

Par ailleurs, regardant ce qui se passe du côté de twitter, je lis le tweet d’une personne freelance dans le coaching. Je suis le lien et je parcours la page. Génial. Cela me fait écho (développement personnel quand tu nous tiens) et me rappelle certaines envies et certains projets du passé. J’ai envie de creuser.

En fin de journée, un peu de surf me conduit vers le récit d’un blogger/voyageur. Son récit me captive. Je me projette. Je ressens une envie de vivre cette vie là aussi. Nomadisme, découvertes…

Me voilà donc en fin de journée avec :

  • mes 4 projets et les actions qui en découlent.  
  • 4 nouvelles voies potentielles qui me font envie et ont déjà commencé à me prendre du temps

Je sature. C’est beaucoup trop. 

Pour résumer le processus : je suis curieux alors je regarde pas mal de choses. J’ai sans doute une tendance à ne voir au départ les meilleurs aspects de ce que j’ai regardé. Du coup, cela accroît l’éventail de mes possibles. J’investis du temps et je creuse un peu chaque sujet ce qui multiplie à nouveau les possibilités et allonge de manière déraisonnable la liste de mes envies. Je m’éparpille et j’explose. Je ne sais plus qui je suis ou ce dont j’ai envie. Mon énergie est diluée.

Je m’éparpille et j’explose. Je ne sais plus qui je suis ou ce dont j’ai envie. Mon énergie est diluée.

Dans ce cas là, la seule solution que j’ai trouvée consiste à mettre par écrit ce sur quoi je dois rester focalisé pour être efficace et avoir un minimum de plaisir. Ce n’est sans doute ni la seule ni la meilleure méthode.

Dans mon cas, ce fut l’entrepreneuriat, avec la partie orchestration et l’art de raconter une histoire qui captive.

Trouver sa voie nécessite de rester suffisamment longtemps cohérent avec un projet de manière à avoir la matière à poser un constat. Pendant ce temps suffisamment long, tant pis pour les mille et une autres possibilités. Ces autres possibilités ne sont que des idées. Ce ne sont ni des projets, ni de réelles opportunités. Stop à l’appel des sirènes de toutes ces idées séduisantes.

Ce changement m’est difficile car j’aime, ou plutôt j’ai besoin, de ce confort. J’ai besoin de disposer de mille alternatives comme solutions de repli, comme garanties de liberté (fictive!!). Ces possibilités de changement peuvent me permettre d’éviter l’échec. En réalité, elles m’empêchent d’expérimenter vraiment.

Je l’écris en conclusion : je vais suivre la voie entrepreneuriale…suffisamment longtemps pour constater si c’est ma voie, si cela change ma vie et de quelle manière.

Et si tu as des conseils ou des stratégies, n’hésite pas à commenter.

A bientôt

Envie d'inspiration

Envie d'être inspiré pour changer de vie, réaliser des changements, rejoins-nous, inscris toi :    Je déteste le spam autant que toi. Je ne diffuserai pas ton adresse.